mardi 4 janvier 2011

Les Collants font Débat




Vous portez des collants, Mademoizelle Zoé et si vous avez bien relu votre contrat de travail, il est interdit d’en porter, c’est une faute grave qui peut entraîner un licenciement sur le champ.

Elle pique un fard mais se ressaisit très vite.

Monsieur Jones, je porte des bas !
Vous portez des collants, ne me prenez pas pour un imbécile, j’ai les collants en horreur, ils me font l’effet d’une camisole de force qu’on aurait enfilée à une danseuse étoile.
Mais pourtant, je vous assure que je ne porte que des bas !
Vous portez des collants !
Des bas !

Des bas, vous êtes sure ?
heuuu… oui... oui !
Mademoiselle, nous parlons là de la ‘bonne tenue’ de votre avenir chez G&G&Associates alors j’espère que vous dites vrai !

Je passe derrière elle et, sans prévenir, soulève le pan de sa jupe avant même qu’elle ne se jette en avant, en mettant les mains en opposition.

Hé voilààààà des coooooollannnnnnnnnnnnnnts !!!!

Interloquée, les mains plaquées sur les fesses comme pour y sceller la jupe qui venait de la trahir, elle se mord la lèvre.

Je ne veux aucun commentaire sur la nature de mes méthodes, vous êtes une menteuse !

Bien entendu, devant son air contrit, j’ai la victoire sobre.

Booooon, je sais que vous tenez à ce travail, alors je vous propose une alternative à la mise à pied.

La perplexité qui se lit sur son visage m'encourage à poursuivre.

Vous savez mon p’tit, il est aujourd’hui scientifiquement établi que la rigueur disciplinaire et le châtiment corporel qui l’accompagne ont des vertus éducatives…

Je marque un temps alors que ses grands yeux s’arrondissent comme des billes.

Au japon, par exemple, une majorité d’entreprises ont mis en place le « Seisai Batsu » qui est un programme de développement personnel dont la punition est la clé de voute…

Elle me regarde comme si je lui annonçais mon intention de m’inscrire à la semaine de la choucroute à « Souffelweyersheim »

Pour être parfaitement clair, je vous propose une punition afin de sanctionner vos manquements au règlement… dans la mesure, bien sur, où vous la préférez à la mise à pied.
...

Je songe un instant à un état cataleptique mais le « Ah » qu’elle a fini par lâcher me signale que le message est bien passé.

Alors ?
Il faut… que je vous réponde tout de suite ?
Mademoiselle, le « Seisai Batsu » n’a de vertu que lorsque la correction suit immédiatement la faute qui la motive !

D’accord
Pardon ?
Je suis... d’accord pour la punition…

En quelques mots, elle venait de nous ouvrir les portes d’une boite de pandore, tissant ainsi les premiers liens d’une relation professionnelle spéciale dont les contours encore flous restaient à découvrir pour l’un comme pour l’autre.

9 commentaires:

  1. Un petit chapitre de cette belle entreprise pour ouvrir la boîte de Pandore en ce début d’année. Vos futures découvertes respectives promettent de nous faire rêver. Je me régale à chacun de vos textes…

    Tous mes vœux pour cette année qui s’annonce palpitante.

    Laura

    RépondreSupprimer
  2. Chère Laura
    les premiers instants qui précèdent une première fessée ont une saveur bien particulière !
    Cette année s'annonce fructueuse en effet, je formule les voeux qu'elle vous emmène, vous et ceux qui vous accompagnent sur les chemins épicés de vos désirs et de vos rêves.

    RépondreSupprimer
  3. Votre blog, bien que tout nouveau, fait partie de ceux que je suis et que je suivrai avec grande assiduité. Je ne pouvais que le recommander de tout cœur. C’est pourquoi, bien que cela ne fasse pas partie de nos coutumes françaises, je vous ai laissé une petite surprise sur mon blog.

    Merci de nous ravir de tels écrits.

    Pestange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la surprise...et désolé pour le retard dans la réponse à votre courrier.
      Je vous remercie de votre assiduité, nous allons corriger le tir pour la mériter ! ^^

      Supprimer
  4. C'est vrai que si la secrétaire écrit à la main aussi salement que pour le titre, je comprends mal le patron de l'avoir engagée. Doit avoir des qualités cachées...

    RépondreSupprimer
  5. Cher Stan, plus de un an pour répondre à votre commentaire ! Je vous dirais bien que je reviens d'un voyage d'affaire, mais en fait, pour être tout à fait sincère, je viens tout juste de le découvrir ! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. bah, l'essentiel est de le lire un jour ou l'autre... Le temps passe et la passion demeure, c'est évident.

    RépondreSupprimer